Sepaje

Historique

Le sepaje est un service de l’Église catholique qui étend son action sur l’ensemble du Jura Pastoral. Pour éviter toute incompréhension, il est utile de préciser que le Jura Pastoral correspond à la partie francophone du diocèse de Bâle. Cette portion s’étend sur l’ensemble du Jura historique, soit de Boncourt à la Neuveville, ainsi on y trouve le canton du Jura actuel et la partie francophone du canton de Berne.

La pastorale des adolescents et des jeunes date des années 1980. Avant, plusieurs services Jeunesse existaient. En effet, beaucoup de groupes avec des objectifs presque identiques étaient présents sur l’ensemble du Jura Pastoral. Leur envie de collaborer va faire naître un projet unique et commun. Ceci se fera par plusieurs rapprochements. Le dernier date de 2003. Commençons par découvrir la genèse de cette pastorale : celle des adolescents (13-14 ans) et celle des jeunes (14-25 ans).

La pastorale des adolescents

En 1976, un curé voulant redonner du souffle à sa catéchèse paroissiale, pour les 8è et 9è années, s’entoure de couples et de bénévoles. Ceux-ci, régulièrement formés par ledit prêtre, donneront un véritable témoignage de foi et de vie communautaire aux adolescents.

En 1989, avec l’expérience de cet échange unificateur, le service Cados est créé pour l’ensemble du JP. Il est placé sous la responsabilité de la Commission Jeunesse de la Catéchèse. Celle-ci engage un animateur afin de coordonner toute cette pastorale. Les objectifs d’alors n’ont pas changé de nos jours, mais la structure du service s’est rapprochée de la pastorale des jeunes.

La pastorale des jeunes

En 1980, les responsables du Jura Pastoral se posent des questions sur l’avenir des jeunes chrétiens. Emmené par le vicaire épiscopal, le chanoine Louis Freléchoz, le Conseil pastoral décide de mettre sur pied une structure ecclésiale pour les jeunes. Elle sera une plate-forme coordinatrice de tous les groupes existants.

Ainsi en 1983 naît la “coordination des jeunes du JP”. Elle est destinée aux 15-25 ans. L’année suivante, un animateur est engagé. Sa mission est de « s’orienter vers les jeunes en marge de l’institution Eglise ». Afin de répondre à cette visée, il ouvre un premier lieu d’animation jeunesse. Avec l’engagement d’une seconde personne en 1985, un deuxième centre est ouvert.

En 1986, ces deux responsables créent “l’équipe CAJ”, car ils ont les mêmes intuitions sur l’orientation à donner à ces foyers d’accueil. Le Centre d’Animation Jeunesse (CAJ) est né. Suite à cette éclosion, un groupe de répondants est mis sur pied : Il aura pour objectifs de réfléchir et organiser à la pastorale des jeunes du JP. C’est la Commission Jurassienne de Jeunesse.

La fusion de la pastorale des adolescents avec celle des jeunes

Dans les années 1990, une nouvelle réflexion sur la jeunesse est menée. En effet, dix ans après la première, il est constaté que les jeunes se déplacent plus qu’avant pour leur formation professionnelle. Ceci amène le CAJ à se recentrer officiellement sur les 14-20 ans et non plus sur les 15-25 ans. Cette baisse de l’âge des jeunes à évangéliser a pour effet de les rapprocher du service Cados. Cependant, dans la réalité d’alors, l’âge des personnes touchées est de 14 à 25 ans.

Les animateurs sentent néanmoins rapidement le besoin d’une organisation et d’une réflexion commune sur la pastorale des adolescents et des jeunes. Cette constatation fait naître la CJPAJ en date du 1er septembre 1998. Les deux services, désormais sous le même toit, gardent leurs propres animateurs et une certaine indépendance.

Quelques années plus tard, les deux services s’échangent des mandats jeunesse contre des mandats adolescents et vice versa. Il en résulte une responsabilité commune. Ainsi, la fusion est complète et officialisée en 2003. Il n’y a plus qu’une seule pastorale des adolescents et des jeunes. Elle s’appelle le service CAJ-Cados.

En route vers le sepaje

Vers les années 2007-2008, le service d'aumônerie œcuménique des écoles du secondaire II du canton du Jura fait son apparition.

En lien avec projet de l'église catholique du Jura pastoral, la coordination jeunesse fait son apparition, elle remplace, avec une nouvelle dimension, la CJPAJ

Et c'est en août 2012, suite à ces différents changements et après de grandes réflexions que le CAJ-Cados change de nom pour s'appeler sepaje : service de la pastorale jeunesse.

Le saoe fait également son appartion à ce moment.

En juillet 2021, La pastorale jeunesse passe en mode local

La pastorale jeunesse, dans la partie francophone du diocèse de Bâle, s’est longtemps développée à un niveau régional, à travers le CAJ devenu le sepaje (service de la pastorale jeunesse). Mais, depuis quelques années, le nombre de quatre animateurs jeunesse, au service des quatre doyennés, est passé à un unique animateur pour tout le Jura pastoral. Le projet même du sepaje, comme service régional et en même temps implanté localement, devenait irréalisable. Cette évolution montre que nous arrivons à la fin d’un cycle, qui avait commencé il y 40 ans avec les premières coordinations jeunesse du Jura. Dans les années à venir, la pastorale jeunesse sera portée d’abord par les agents pastoraux présents dans les paroisses et elle se vivra localement. Cela entraînera peut-être des activités plus simples, mais cela doit surtout nous pousser à prendre le temps de reconstruire une pastorale jeunesse en partant de la base, des réalités, des attentes et des disponibilités des jeunes de 2021.

Cette évolution se concrétisera par la fin du sepaje, au 31 juillet 2021, en tant que service pour tout le Jura pastoral. Bernard Voisard, qui aura été animateur jeunesse pendant 20 ans, recevra un nouvel engagement d’animateur pastoral en ministère paroissial au service des unités pastorales Sainte-Marie et Sainte-Colombe. Il n’abandonnera cependant pas totalement le domaine de la jeunesse car, à côté de ce travail en paroisse, il continuera son engagement dans le Service d’Aumônerie Œcuménique des Écoles du secondaire II du canton du Jura (SAOE). Le Vicariat épiscopal le remercie pour tout ce qu’il a apporté à la pastorale jeunesse et lui souhaite de vivre de riches découvertes dans le ministère paroissial.

Ces changements ne sont pas une fin, mais ils constituent le début d’un processus de discernement, en vue de mettre en place une pastorale jeunesse qui fasse corps avec les attentes et les engagements des jeunes générations actuelles. Concernant le discernement, la bible nous montre Jésus ou les prophètes qui se retirent dans des lieux à l’écart pour réfléchir à la volonté de Dieu. Pour nous aussi, ces prochains mois ou années ne doivent pas être synonymes de repli, mais elles doivent permettre de faire murir une pastorale jeunesse nouvelle. Si le sepaje disparaît, la pastorale jeunesse doit continuer et investir de nouveaux lieux.

Abbé Jean Jacques Theurillat, Vicaire épiscopal

logo CAJ

logo Cados

 

 

 

 

 

 

 

CAJ-Cados

 

 

 

sepaje

 

 

 

saoe

Agenda - horaires

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.